mercredi 31 janvier 2007

Créer une entreprise en ligne

Nouvelle ce jour vu sur un site informatique : Il va être possible dès le mois d'avril de créer intégralement une entreprise depuis son fauteuil via une déclaration en ligne. Prévoir le scanner toutefois afin de scanner et d'envoyer les documents nécessaires.

A quand le dépôt de bilan en ligne ? ;-)

l'article est ici :
O1Net

Michel

mercredi 24 janvier 2007

Big Brother est arrivé

La "Base Eleves" vous connaissez ?

Alors que les médias sont en pleine action et vous sature d'informations sur les futures élections présidentielles, un mal insidieux progresse dans les écoles de vos enfants. Quel est donc ce mal ? la base élève évidemment !

Késako ? J'ai pris la connaissance de la base élève grâce à un collègue qui à reçu la fiche a remplir pour un de ses enfants scolarisé en maternelle, les médias en ont peut être parlé aux informations, mais... je ne regarde jamais les informations, trouvant abrutissant pour le cerveau humain cette demi-heure nationale. Alors voila de quoi il s'agit : tout simplement (si l'on peut dire !) un fichage des élèves dès leur plus jeune age, fichage qui sera suivi... à vie.

Cela vous semble normal ? nous sommes de toutes façon fichés partout me direz vous, oui je suis d'accord, mais il faut savoir que dans cette base de données qui est informatisée sera accessible au delà de l'établissement scolaire, en effet, le maire de la commune y aura accès, et pourquoi le maire doit y avoir accès ? parce que la Police Municipale par exemple peut avoir besoin d'informations sur l'individu lambda. Je suis parano ? pas du tout, voici le récit fictif de l'élève lambda dans quelques années :

il faut savoir que dans cette base élève sera consigné l'année des 6 ans de l'élève lambda, année difficile pour lui, il y a eut le divorce de ses parents, l'élève était agité en classe (si si ce sera marqué dans la base !) il a eut un comportement agressif avec certains camarades (eh oui encore noté le futur délinquant en herbe...) bref il reprendra pied un an plus tard et suivra une scolarité normale, seul restera comme trace de ces quelques problèmes... quelques informations dans un fichier informatique. Mais voila que pour ses 17 ans l'élève Lambda est contrôlé en pleine nuit avec un groupe de copains par une patrouille de police, suite à une plainte du voisinage car les jeunes étaient un peu bruyant dans la rue... et là Oh stupeur ! l'élève Lambda se trouve être suspecté de trouble de l'ordre public... les policiers viennent de consulter leur fichier, et par l'occasion l'historique de la base élève, et est remonté à la surface les ennuis de ses... 6 ans.

Cet exemple est bien évidemment, pour l'instant, fictif, mais la première étape est d'ores et déjà engagée, la suite arrivera si on y prend garde, si vous voulez vous faire une opinion sur cette base élève, vous pouvez consulter le site de la ligue des droits de l'homme qui vous alertera également sur ce sujet : http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article1516

Maintenant vous pouvez aussi dire, je ne veux pas collaborer avec le rectorat (c'est le terme employé dans le document reçu par mon collègue, cela rappelle une époque non ?) et remplir cette fiche pour mes enfants ! Très bien, je suis de votre avis, posez alors la question à l'institutrice ou l'instituteur de votre enfant qu'il vous dise qu'elle en sera la conséquence, c'est consternant !

Michel

dimanche 21 janvier 2007

Déposer le bilan d'une SARL 7/10

Conseil N°7 : "l'avis de tes pairs tu prendras"

Dans toutes les étapes d'une entreprise, il n'est pas rare que le gérant fondateur se sente seul parfois, lorsqu'il aborde les difficultés du dépôt de bilan cela est encore plus vrai. Il est donc fortement conseillé de fréquenter régulièrement les rassemblements de chefs d'entreprises, tels que les réunions des syndicats patronaux par exemple.

Vous y découvrirez que de nombreux chefs d'entreprises ont eut, ou ont, les même problèmes que vous, et une écoute attentive des étapes par lesquelles ils sont passés vous permettra très souvent d'éviter les mêmes eccueils.

Etre chef d'entreprise est une aventure passionnante, partager les expériences l'est encore plus !

Michel

mardi 16 janvier 2007

Déposer le bilan d'un SARL 6/10

Conseil N°6 : "Les bons conseils de tes amis avec précaution tu (n')écouteras (pas)"

Ce conseil n'est pas exclusivement réservé aux personnes qui déposent le bilan, mais c'est plus une anecdote personnelle. Je pense que beaucoup d'entrepreneurs s'y retrouveront.
Lorsque vous créez une entreprise les bons amis essayeront souvent de vous encourager à ne pas le faire, soit pour des raisons économiques, morosités du marché... soit parce que tout simplement ils ne vous en crois pas capable (à moins que cela soit de la jalousie ?). Bref lorsque vous leur annoncez le dépôt de bilan il y a une remarque qui revient systématiquement : "on te l'avait bien dit !" mais le plus amusant, c'est que lorsque l'entreprise fonctionne bien, ils vous diront souvent "c'est parce que tu as de la chance !"...

Et oui, les amis sont les meilleurs conseillers... même si ils n'ont jamais tenté l'expérience de la création d'entreprise !

;-)

Michel

lundi 15 janvier 2007

Déposer le bilan d'un SARL 5/10

Conseil N°5 : "Pour le redressement judiciaire, tu ne te démèneras pas"

Lorsque vous prenez la décision de déposer le bilan, il est possible de faire une demande de redressement judiciaire, l'appréciation sera faite par le juge au tribunal selon le dossier qui aura été présenté par le Mandataire (si tant est qu'il ait le temps de le lire...)

Comme généralement vous êtes (encore) plein d'énergies et que vous croyez au redressement possible de l'entreprise, c'est la demande qui semble la plus logique. En effet le redressement à pour but de geler les dettes de l'entreprise pendant le temps du redressement (au minimum 6 mois de mémoire). Ces dettes seront ensuite étalées sur les années suivantes si l'entreprise sort victorieuse du redressement.

Personnellement 2 mois après la prononciation de la mise en redressement, je suis reparti volontairement voir le mandataire pour lui demander un nouveau jugement et une cessation définitive de l'activité, pourquoi ? : Tout simplement parce que à partir du moment ou le redressement est prononcé, les concurrents qui sont bien évidemment au courant de cet état transitoire de votre entreprise, font tout pour faire courir la rumeur que vous êtes fini, les clients gèlent comme par hasard leurs investissements ou les projets qu'ils souhaitaient vous confier, bref, vous devenez un pestiféré et il faut beaucoup d'énergie et de pouvoir pour aller contre cet état de fait... maintenant, c'est à vous de voir...

Michel

vendredi 12 janvier 2007

Déposer le bilan d'un SARL 4/10

Conseil N°4 : "Tu te payeras avant tes employés et tes fournisseurs si tu es gérant majoritaire"

Oui je sais ce conseil semble montrer du doigt le pdg qui ne pense qu'a lui, pourtant lorsque vous êtes gérant majoritaire d'une SARL vous êtes obligatoirement travailleur non salarié, c'est à dire sous le régime des professions indépendantes. Cela veut dire quoi ? Tout simplement que vous cotisez pour vos charges de sécurité sociales et retraites au près des caisses des indépendants, vous n'êtes pas salarié, donc vous n'avez pas de bulletins de salaires, mais une rémunération validée tous les ans par les actionnaires de la SARL. Rien de grave la dedans, c'est un statut comme un autre, par contre voici encore une fois mon expérience en la matière : surtout, ne faites pas comme moi !

Lorsque mon entreprise commençait à plonger dans le gouffre, six mois avant le dépôt de bilan, j'ai arrêté de me verser une rémunération trouvant cela plus juste, et j'ai également pris du retard dans les versements de mes charges personnelles notamment auprès de la caisse de retraite. Par contre j'ai continué à payer mes salariés, mes fournisseurs (avec parfois des retards) bref j'ai essayé de limiter un maximum les frais. Lorsque le dépôt de bilan fût fait, je me suis donc retrouvé sans rémunération depuis 6 mois, et avec une dette auprès de ma caisse de retraite de 7000 euros environs... les salariés eux n'ont pas eut leur dernier mois de salaire en raison du dépôt de bilan, il à été payé dans le cadre de la cessation d'activité par le mandataire juridique qui à traité le dossier grâce à la caisse spécifique dont c'est la fonction et qui entre en jeux pour régler les salaires non perçus et les indemnités de licenciements qui sont dues aux salariés.

Moralité, moi qui voulait protéger mes salariés, en fait ils avaient tout ce qu'il fallait pour ne pas avoir de pertes de rémunération et pouvoir partir à la recherche d'un nouvel emploi avec leurs indemnités légales et la totalités de leurs salaires.

Concernant les fournisseurs, quelques uns n'ont pas pu être payé par le mandataire, comme c'est toujours le cas, le créancier prioritaire étant l'état il a récupéré la totalité des fonds disponibles ou facturé.

Le conseil que je peux donc vous donner est donc de faire dans les derniers chèques, au minimum le solde de vos cotisations sociales et ensuite selon votre propre éthique, le versement de votre rémunération habituelle en partie ou totalité...

Pour finir voici les deux remarques qui m'ont le plus marqués lors du dépôt de bilan, me montrant ma "naïveté" en la matière :

La mandataire chargé du dossier après consultation des comptes de la société : " Mais Monsieur, vous auriez dû vous payer jusqu'au bout, et ne pas payer tous ces fournisseurs !"

Le juge au tribunal de commerce : "Je crois que vous êtes trop honnête, c'est tout à votre honneur, mais c'est parfois un défaut pour réussir..."

Cette dernière remarque est assez incroyable n'est ce pas ? on comprend mieux la malhonnêtetés de certains grands patrons qui laissent certaines entreprises sur le carreaux en partant avec des sommes colossales...

Michel

jeudi 11 janvier 2007

Déposer le bilan d'une SARL 3/10

Conseil N°3 : "Lorsque ton banquier semblera très gentil tu te méfieras"

Une banque est un établissement commercial dont la vocation est de faire des bénéfices (tout comme votre SARL) et donc le banquier n'est pas Phillantrope. C'est évident, et pourtant le chef d'entreprise, passionné par son projet, par son entreprise et vivant au quotidien les joies et les peines de sa gestion, ne comprend pas toujours pourquoi son interlocuteur bancaire ne semble pas aussi emballé que lui sur l'avenir et les projets de l'entreprise.

Au delà des périodes de création de l'entreprise, j'ai constaté que le discours du banquier est capable de varier énormément, voici avec un peu de moqueries, mais beaucoup de vérité, le discours de mon banquier lors de la vie de mon entreprise :

Etape 1 : la création (cela se passait pour moi en 1997) - "Attention votre projet est risqué, nous sommes en pleine crise économique (il est vrai que 97 n'était pas une des années les plus florissantes), l'informatique n'est plus un secteur porteur....etc" bref vous le voyez, discours frileux, je ne m'attendait pas à mieux

Etape 2 : fin de première année - "Vos résultats sont pas mauvais, mais il faut attendre 3 ans pour que vous soyez sortis des risques principaux... plus de la moitié des entreprises ont fermées avant les 3 ans fatidiques...". Toujours un discours frileux, merci si j'ai rien à vous demander Monsieur le banquier, je viendrais vous voir...

Etape 3 : fin de la troisième année - "Vous savez il faut attendre 5 ans pour vous considérer comme une entreprise fiable et pérenne...". Tiens c'est donc ce n'est plus 3 ans ?

Etape 5 : fin de la cinquième année - "Vous êtes sortie de l'auberge, maintenant il faut augmenter votre capital et augmenter les profits...". Ah quand même ! oui mais monsieur le banquier, j'ai du mal a retrouver un souffle de l'après "fin 2001" justement moi c'est après cette 5ème année que l'activité est la plus difficile...

Etape 6 : 8 mois avant le dépôt de bilan - "Je peux vous aider !". - ouahhhh enfin !!!! - "je vous propose un prêt trésorerie de 15000 euros, mais il me faut votre caution personnelle..."

Moralité : Le prêt pour finir d'achever la chute, surtout à éviter, le banquier vous proposera ce genre d'opération avec un air de bienveillance... prêt que vous rembourserez avec vos propres deniers bien après le dépôt de bilan... et oui vous êtes caution !

Michel

mercredi 10 janvier 2007

Déposer le bilan d'un SARL 2/10

Conseil N°2 : "De côté et du liquide tu garderas !"

Cela semble bête et pourtant on y pense pas, lorsque on dépose le bilan d'un SARL auprès du tribunal de commerce, on remplie un document de session de paiement. Le greffe va alors déclencher le long processus de dépôt de bilan et vous demandera tout d'abord une somme en liquide pour le paiement du service (de mémoire 400 euros en 2004 dans mon cas) et bien sûr... en liquide, en effet la SARL déposant le bilan n'est plus solvable (sinon elle ne dépose pas son bilan ! ), donc si vous n'aviez pas gardé cette somme en caisse, c'est dans votre poche qu'il faudra aller piocher. Après tout, le gérant ayant déjà généralement assez de difficulté comme cela, il peut être intéressant de laisser cette somme en liquide de côté de façon à prévoir le dépôt futur...

C'était le conseil N°2, ce n'est pas un des plus important, je vous prépare le N°3 pour demain...

mardi 9 janvier 2007

Déposer le bilan d'une SARL 1/10

Ayant créé et géré une petite entreprise pendant 7 ans (une SSII qui a évoluée jusqu'a avoir 5 salariés lors de ces meilleurs jours) j'ai trouvé peu d'informations et de conseils lors de l'arrêt de celle-ci en 2004. Cela faisait un moment que l'idée de synthétiser mes conseils en quelques lignes pour que, j'espère, l'expérience profite à d'autres, trottait dans ma tête. Ce blog va donc probablement me permettre de partager cette expérience.

Mon but n'est pas ici de donner des conseils pour la création d'une entreprise, vous trouverez des milliers d'informations allant dans ce domaine, mais plutôt de donner des conseils pour arrêter celle-ci. En effet, être entrepreneur est une aventure palpitante qu'il est parfois difficile de conclure lorsque, pour des raisons économiques et financières (la plus part du temps) , l'entreprise nécessite purement et simplement une fermeture. Je vais donc tâcher en 10 jours de présenter chaque jour un point important, et qui pour mon cas, m'aurait été utile à l'époque :

Conseil N°1
: "Le jour ou tu décidera d'arrêter il sera trop tard et ton entreprise sera déjà bien dans le trou (et toi avec en partie) financièrement !"

Et oui le jour où l'on jette l'éponge est parfois trop éloigné de la date où il aurait été raisonnable d'arrêter, l'entrepreneur étant ce qu'il est, il continu toujours à foncer pour sortir de l'ornière et fini bien souvent par s'embourber encore plus. Mon expérience en la matière : c'est lorsque le doute s'installe sur l'avenir de l'entreprise qu'il faut prendre la décision d'arrêter. Mieux vaut finir bien pour avoir les moyens de rebondir que de continuer. Avec le recul, personnellement j'ai pas appliqué ce conseil, si cela avait été le cas j'aurais déposé le bilan un an plus tôt...

Dites vous toujours que ce que vous pensez au fond de vous même sur la santé de votre entreprise est la réalité, pas ce que vous montrez au quotidien, c'est un peu comme le fumeur qui décide d'arrêter de fumer, mais qui au fond de lui sait pertinemment qu'il n'a pas envie...

Arrêter une entreprise est une action difficile à réaliser mais également difficile à admettre, en France bien souvent c'est un voeux d'échec, alors que tous ces mois, années à la mise en place, la gestion quotidienne et même l'épreuve du dépôt de bilan est forcément enrichissant !

En suivant ce conseil, il est possible de minorer les pertes financières, d'éviter d'y laisser sa santé, voir de préparer un rebond avec encore plus d'énergies ! Un entrepreneur qui ne prend pas l'arrêt de son entreprise comme un échec mais comme une étape, sortira gagnant de l'épreuve.

lundi 1 janvier 2007

La nouvelle année est là

Voila, il fallait s'y attendre, la nouvelle année est là ! Au vue des SMS que je reçois depuis hier soir minuit on ne peut pas en démordre, alors évidemment ce matin c'est gueule de bois et bonne année à tous et toutes !
On va donc espérer que l'année sera bonne, le blog a réussi à survivre au passage de l'année, alors je continu pour voir un peu son évolution... Qui sait ?

Pub