lundi 19 février 2007

Microsoft et la baisse des competences

On peut être pour Microsoft, contre Microsoft, voir plus rarement n'avoir aucun point de vue contre l'éditeur mondialement connu qui diffusent ses logiciels sur nos chers ordinateurs.

Je ne veux pas rentrer dans débat stérile sur celui-ci, mais par contre depuis 15 ans que je travaille dans l'informatique je suis persuadé que si Microsoft avec ses nombreux logiciels et son rouleau compresseur commercial semble être un éditeur ayant permis la multiplication des emplois dans l'informatique (les détracteurs diront que c'est parce que leurs logiciels ne fonctionnent pas bien...) je pense que Microsoft à une grande part de responsabilité dans la diminution des compétences des informaticiens et par effet secondaire, est également responsable indirectement des baisses de salaires dans ce domaine.

En effet, pour répondre à la multiplication des besoins d'informaticiens pour gérer les windows serveurs et postes de travail répandus dans les entreprises, Microsoft, remarquant le succès des systèmes de certifications mis en oeuvre à l'époque où ils n'étaient pas encore leader sur le marché des systèmes serveurs (au début des années 90 donc...) à également fait de même. En effet, proposer des certifications pour les personnes passant des tests sur ses produits permet à un éditeur de vendre des supports de cours, d'évangéliser au travers de centres de formations et même maintenant auprès d'écoles informatiques, des quantités de personnes, de gagner également de l'argent sur les passages de tests etc... Très bien me direz vous, les autres l'ont fait avant eux (il ne faut pas oublier que toute bonne idée chez Microsoft vient généralement d'un concurrent...) mais ce système de certification a quatres phases dans sa vie, qui lorsque l'éditeur à la puissance de Microsoft, ont des effets de bords à mon avis très importants :

- Phase I : Mise en place du système de certifications (de mémoire chez Microsoft, 1994-95) : C'est une phase positive pour les informaticiens et pour le marché, comme chez les autres éditeurs précurseurs (Novell par exemple) cette phase à permis à beaucoup d'informaticiens talentueux et bosseurs de passer avec succès les systèmes de certifications qui étaient alors assez, voir très complexes, et nécessitaient de très bonnes compétences techniques sur les produits. Un certifié voyait donc ses compétences reconnues et son CV plus attractif.

- Phase II : Le système tourne bien, vous êtes leader sur le marché et écrasez peu à peu les concurrents (années 1998 à 2002...) : La machine marche à plein rendement, les centres de formations fleurissent sur le créneau, le nombre de certifié explose, il est même parfois difficile de trouver les formateurs tant ceux ci sont demandés

- Phase III : Le système s'emballe, la qualité diminue voir disparaît, le but n'est pas de certifier les meilleurs mais de certifier le plus grand nombre (années 2003 à 2004...) : Le système est tellement bien huilée qu'il est possible de ce certifier n'importe quand, par exemple dès nos études, au sein des écoles d'ingénieurs ou établissements annexes (CESI et autres centres de formations). Mais il est possible aussi de se certifier n'importe comment (j'ai vu des centres certifiant leurs propres salariés en "planchant" à plusieurs sur le même questionnaire, certaines personnes, passant plusieurs fois les tests pour d'autres collègues, les personnes "bachottant" des réponses aux questionnaires récupérés par internet et passant les tests sans avoir installé un seul des systèmes sur lequel ils vont êtres nommées "Ingénieur Certifié"...)

- Phase IV : Le système ne veut plus rien dire, et n'est qu'une vaste pompe à fric (de nos jours...) La quantité d'Ingénieur Certifié (MCSE chez Microsoft) est tellement importante que leur valeur sur le marché diminue, aujourd'hui un jeune sortant d'une école, MCSE en poche en plus de son diplôme de fin d'étude, se voit proposer des postes de techniciens au SMIC... et le marché du travail étant ce qu'il est, il n'a pas le choix... On peut rajouter à cela que leurs compétences ont baissées, d'une part parce que maintenant il est possible de passer et de réussir des tests de certifications sans avoir installé un seul des produits, et sans expériences dans le monde du travail non plus (et de l'informatique encore moins). On assiste alors à l'arrivée sur le marché d'un nombre important de ceux que on appelle "les certifiés papiers", à savoir qu'ils ont un diplôme ne reflétant pas leurs compétences.

Mais si les compétences ont baissés c'est aussi parce que l'éditeur n'a absolument aucun intérêt (financier) à maintenir le niveau trop haut pour passer les certifications : son but étant toujours une évangélisation la plus grande autour de ses produits, il devient donc de plus en plus aisé à passer les tests nécessaires. La ou il y a 10 ans, un CV avec une certification éditeur, était un plus devant le recruteur, maintenant ce n'est qu'une ligne quelconque en plus que même certaines personnes ayant de l'expérience commencent à bannir parfois de curriculum...

On pourra me taxer d'anti-Microsoft (et vous aurez raison :-) ) mais demandez donc à un responsable de centre de formation informatique le prix qu'il vendait le cursus de certification Microsoft il y a dix ans, et le prix actuel... et vous comprendrez.

Michel

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Ben, oui tu as raison... trop de certification tue la certification. C'est comme de tout quoi.

Mais que des écoles fasse certifier leurs élèves est bien sûr un scandale. Microsoft n'est plus une marque mais un modèle. Je n'apprends plus l'informatique ou la gestion de projet mais Windows et MSProject ... Ca c'est vraiment con! JE ne pense plus projet ou besoin mais produit Microsoft. La preuve en est le Workflow 100% des entreprises en a besoin mais MS n'a pas de produit donc les entreprises n'ont pas de WorkFlow. Cette marque nous lobotomise



Pierre d’Aragon MCSE 2003/2000 et même NT4 (pas plus fier pour ça)

Ulhume a dit…

Je suis 100% d'accord avec la remarque de M. Anonyme ;-) Avant d'observer une *baisse* de compétence dans mon métier (chef de projet en développements à façon), j'observe surtout une *perte* de compétence informatique. Nos jeunes arrivent ne connaissant _que_ windows, visual XXX studio, dans certains cas .net et avec un peu d'effort un peu de java. Ce ne sont que des produits. La compétence informatique, savoir construire une base de donnée, concevoir un algorithme, définir une architecture logicielle sont complètement perdus. On ne forme plus des informaticiens mais des tecnico-commerciaux avancés. Et c'est très grave. Une formation n'est pas une certification et du coup les salaires dans la vraie vie s'en ressentent, même dans le développement. J'ai même eu des ressources qui étaient incapable de m'écrire un "tri bulle" de tête...

Michel a dit…

Merci pour vos commentaires, cela rassure de voir que il y a des personnes du même avis :-)

Pub